Implantation d'un stent

Si, au cours d'une coronarographie, le cardiologue détermine qu'une ou plusieurs artères coronaires est/sont rétrécie(s) ou occluse(s), une intervention coronarienne percutanée (ICP), c'est-à-dire une dilatation par ballonnet et l'implantation d'un stent, peut être effectuée. Le rétrécissement est ouvert grâce à  un petit ballon et un stent est implanté pour maintenir le vaisseau sanguin ouvert à terme. Cela se fait au moyen de cathéters qui sont introduits à travers le poignet ou l'aine jusqu'au cœur.

 

Déroulement de la procédure


La procédure est la suite de la coronarographie diagnostique. Le cardiologue peut effectuer l'intervention en utilisant les cathéters déjà présents dans le poignet ou l’aine. Dans certains cas, par exemple en cas de rétrécissement (sténose) anatomiquement complexe, la procédure peut vous être proposée à un autre moment (quelques semaines plus tard). La préparation de la procédure est similaire à la coronarographie diagnostique. Elle se fera également sous anesthésie locale.

 

shutterstock_61927813Figure 1: illustration d'une dilatation avec un ballonnet

 

 

Le ballonnet est intruduit à travers le catheter et poussé jusqu'au site du rétrécissement. Là, le ballonnet est gonflé pour ouvrir le rétrécissement. Ce dernier est en quelque sorte poussé contre la paroi du vaisseau sanguin. Le ballonnet mesure de 1 à 2 cm de long et a un diamètre pouvant atteindre 5 mm lorsqu'il est gonflé. Lorsque l’on gonfle le ballonnet, vous pouvez ressentir une légère pression au niveau de la poitrine.

Pour s'assurer que l'artère coronaire demeure ouverte à terme, le cardiologue procède généralement à l'implantation d'un stent. Un stent est une sorte de ressort en métal recouvert d’un medicament qui maintient le vaisseau sanguin ouvert à terme. Le stent est poussé avec le ballon jusqu'au site du rétrécissement. Le stent est implanté grâce au gonflage du ballonnet. Le ballonnet est ensuite dégonflé et retiré. Le stent reste en place et s’appuie contre la paroi de l'artère coronaire.

 

Il existe des stents de toutes tailles, de sorte que le vaisseau sanguin rétrécit peut être traité de manière très précise. La durée de la coronarographie avec l'intervention associée est en moyenne d’une heure. Cela dépend bien sûr du nombre et de la nature des rétrécissements.

 

shutterstock_276199310 Figure 2: illustration d'une implantation de stent

 

 

 

Risques


Les complications sont souvent limitées :

 

  • En cas d'urgence (en cas de crise cardiaque), il est important d’ouvrir le vaisseau sanguin dès que possible pour limiter les dommages au muscle cardiaque.

  • Après l'intervention, un saignement au niveau du site d'insertion (poignet ou aine) peut arriver. Un pansement compressif permet d'éviter cette situation.

  • Certains patients peuvent presenter une réaction allergique au produit de contraste administré pendant la procedure.

  • L’administration d’un volume trop important de produit de contraste peut être nocive pour les reins et peut provoquer une dégradation (habituellement temporaire) de la fonction rénale.

  • Il est possible que l'artère coronaire traitée se rétrécisse à nouveau à terme. On parle alors de “resténose” dans le stent. La correction stricte des facteurs de risques cardiovasculaires permet de prévenir cela.

 

Les autres complications sont très rares. Par exemple, il est toujours possible qu'un vaisseau sanguin soit endommagé pendant l'intervention ou qu'une infection survienne après l'intervention.

 

Après la procédure


Vous serez conduit en salle d’hospitalisation immédiatement après la procédure. Vous devez rester à l'hôpital pendant au moins une nuit après l'implantation d'un stent.

 

Après une procédure réalisée via le poignet, il est important d'utiliser le moins possible le poignet pendant les 24 premières heures (ne pas utiliser les 6 premières heures). Ensuite, vous devez faire attention à ne pas soulever de lourdes charges pendant quelques jours.

 

En cas d'intervention au niveau de l'aine, il vous sera demandé de ne pas faire de vélo, de ne pas prendre de bain, de ne pas soulever de charges lourdes et de ne pas faire d'exercice physique pendant la première semaine.

 

Après l'implantation d'un stent, il est important de prendre des anticoagulants. L'aspirine est prise à vie et un autre inhibiteur plaquettaire doit être pris pendant 1 à 12 mois. C'est très important pour éviter la survenue d’un caillot de sang dans le stent implanté.

 

Quelques semaines après l'intervention, une consultation de contrôle chez votre cardiologue sera planifiée.

 

Cardiologues interventionnels